Isolation toiture : les techniques qui marchent

La toiture est souvent le premier responsable des déperditions de chaleur à la maison. On estime qu’environ 30 % de la chaleur ambiante s’y échappe ce qui fait 30 % de plus sur la facture d’énergie. Pour ne pas avoir à payer plus tout en maintenant un confort thermique agréable au sein de l’habitation, bien isoler le toit est essentiel. Voici comment procéder …

Isoler la toiture par l’intérieur

Les différentes techniques d'isolation
Guide et solutions pour l’isolation de votre maison.

C’est la solution la plus couramment adoptée puisqu’elle revient moins chère qu’une isolation par l’extérieur. En moyenne, il faut compter entre 20 et 30 euros le mètre carré, mais cela peut fortement grimper en fonction de l’isolant choisi.

Pour la réaliser, diverses techniques existent. La meilleure option dépendra de la nature de la toiture : en pente ou plate.

En savoir plus sur – Tout sur l’isolation des toitures et combles

L’isolation d’une toiture en pente :

Lorsque le toit est pentu, cela signifie qu’il repose sur une charpente en chevrons. Dans ce cas-là, il faudra placer les isolants entre les poutres en bois. Le choix de l’isolant, nature et épaisseur, dépendra du budget du propriétaire et de ses envies personnelles. Pour des matériaux faciles à poser, veillez à ce que l’épaisseur des isolants soit inférieure ou égale à la hauteur des chevrons. Ces derniers sont généralement hauts de 3 cm.

Afin d’optimiser leur performance, pensez à :

  • Poser les isolants de manière transversale ;
  • Bien mesurer l’écartement entre les chevrons avant de découper les panneaux ;
  • Mettre ces derniers à plat sur le sol puis y reporter les mesures prises en y ajoutant 15 à 20 cm de plus. Les panneaux seront plus longs que l’écartement, mais il faudra les compresser pour une meilleure efficacité ;
  • Utiliser un couteau à dent ou une scie égoïne pour découper l’isolant ;
  • Poser le panneau en partant du bas du rampant pour ensuite remonter jusqu’au faitage. Il faut laissez une lame d’air d’environ 3 cm entre l’isolant et les sous-matériaux de la couverture du toit ;
  • Bien colmater toutes les jonctions existantes que ce soit celles situées entre les panneaux d’isolants ou celles présentes sur les surfaces maçonnées. Et si la toiture présente des lucarnes ou des fenêtres, il faut bien les entourer d’isolants. Il faut faire en sorte de supprimer tous les points pouvant générer des ponts thermiques.

Lire aussi – Charpente de toiture : comment bien la poser ?

L’isolation d’une toiture plate :

Dans le cas d’une toiture plate, il faudra poser l’isolant entre la sous-toiture et les poutres. Pour ce faire, un cadre en bois doit d’abord être mis en place. Ce dernier garantit à la fois la pose des panneaux et de la finition.

Comme avec la toiture en pente, il faut bien mesurer les panneaux et bien colmater les points de jonctions.

  • Les points communs pour une isolation par l’intérieur :

Que la toiture soit en pente ou plate, il est toujours conseillé d’utiliser un pare-vapeur en amont et une sous-toiture en aval.

Alors que la sous-toiture doit être placée directement sous la couverture du toit, le pare-vapeur ou frein-vapeur doit être placé sous l’isolant. Ces deux éléments protègent l’isolant des éventuels problèmes d’humidité. En effet, si jamais l’humidité s’infiltre au niveau des panneaux, leur coefficient d’isolation va chuter. Les déperditions de chaleur seront alors de retour.

Soulignons que ces deux techniques sont idéales lorsqu’on ne compte pas aménager les combles. Dans le cas contraire, il est plus pertinent d’opter pour l’isolation en double couche.

L’isolation en double couche :

Cette technique renforce davantage d’isolation de la toiture et donc des combles aménagés. Pour ce faire, il faut d’abord mettre en place des suspentes. Ces dernières serviront de support à l’ossature métallique qui va permettre de fixer la deuxième couche d’isolant. Celle-ci dit être posée de manière perpendiculaire à la première couche. Comme avec la première, on part toujours du bas des rampants. Puisqu’ici, on a des suspentes, il faudra inciser les panneaux d’isolants pour les faire passer.

Il faut ensuite alterner les joints entre les bandes d’isolants pour une parfaite étanchéité. Il ne vous reste plus qu’à fixer les fourrures métalliques au niveau des suspentes en les clipsant à leur extrémité.

Lorsque la deuxième couche sera posée et les joints bien recouverts, on termine par le pare-vapeur.

Lire aussi – Comment entretenir au mieux la toiture de sa maison ?

Les isolants à privilégier :

Pour isoler la toiture depuis l’intérieur, quelques matériaux sont à privilégier. On peut notamment citer :

  • Les laines d’origine végétale et minérale qui sont les plus utilisées. Dans cette catégorie, on distingue diverses variétés dont les principaux sont la laine de roche, la laine de verre, la laine de chanvre, la laine de mouton et la laine de lin. Ces dernières sont appréciées pour leur souplesse ce qui leur permet d’épouser parfaitement tous les types de toiture. Leur durée de vie est également un de leur point fort puisqu’une fois installées et bien à l’abri de l’humidité, elles peuvent maintenir leur épaisseur pendant des dizaines d’années.
  • Le polyuréthane : cet isolant est apprécié pour sa structure alvéolaire. Ses alvéoles renferment du gaz qui est plus isolant que l’air. Le matériau est plus robuste face à l’humidité, mais n’est pas aussi souple que les laines. Dans tous les cas, c’est un bon isolant à privilégier.
  • Les plumes de canard et le liège expansé: ces isolants affichent une performance accrue et leur pose est assez simple. Néanmoins, ils coûtent plus cher que les matériaux cités précédemment.
  • La ouate de cellule: issue du recyclage du papier journal, ce matériau est privilégié en écoconstruction. En plus d’être aussi performante que les laines, elle est aussi durable. Elle fait également office d’un bon isolant acoustique et a la capacité d’absorber la vapeur d’eau.

Isoler la toiture par l’extérieur

Comment isoler une toiture grace au sarking?
Que faut-il savoir à propos du sarking ?

Pour une construction neuve ou une rénovation de la couverture du toit, mieux vaut procéder à une isolation par l’extérieur. Cette méthode est possible quel que soit le type de toit dont vous disposez. L’avantage c’est que vous n’aurez pas à désencombrer des combles encombrés de bric-à-brac. Et s’ils sont aménagés, vous pourrez maintenir une hauteur sous plafond appréciable. Quelques techniques existent pour une isolation de la toiture par l’extérieur.

La méthode du sarking :

Cette technique est efficace, mais il faut compter aux environs de 100 à 300 euros le mètre carré en fonction des isolants utilisés et de l’état général de la toiture. Le but est ici de positionner un isolant sur la charpente. Le résultat final va entraîner un rehaussement du toit afin de garder la hauteur sous plafond des combles. Pour réaliser un sarking, voici les étapes à suivre :

  • Mettre la charpente à nu en retirant la couverture du toit ;
  • Mettre en place des panneaux de fibre de bois isolés puis un deuxième isolant par-dessus ;
  • Poser les chevrons et les contre-chevrons ;
  • Mettre en place un film frein-vapeur pur protéger l’isolant de l’humidité pouvant venir de l’intérieur de l’habitation ;
  • Mettre en place les liteaux qui vont permettre d’emprisonner les matériaux isolants ;
  • Remettre la couverture de la toiture en place

Lire aussi – Comment refaire la toiture de votre maison ?

L’utilisation des caissons chevronnés :

Les caissons chevronnés ou panneaux portants offrent divers avantages. Ils sont :

  • faciles et rapides à poser. Il faut néanmoins souligner que leur poids nécessite souvent l’utilisation d’engins de levage. Une fois positionné, il ne reste plus qu’à les fixer et à poser les raccords d’étanchéité ;
  • fonctionnels puisqu’intègrent déjà les trois éléments essentiels à savoir la sous-face décorative que l’on voit de l’intérieur, la couche isolante et le support de couverture. Au niveau de leur partie haute, les fabricants ont fait en sorte de laisser un peu de bois déborder pour laisser place à un espace de ventilation situé entre la couverture et l’isolant ;
  • déclinés avec diverses finitions : on retrouve des finitions en bois massif, en plaques de plâtre prépeintes, en agglo, en vinyle, en contreplaqué lambrissé …
  • traités contre les champignons lignivores et les insectes ce qui leur garantit une longue durée de vie ;
  • disponibles sous diverses dimensions : leur longueur varie entre 2 à 8 mètres, leur largeur peut aller de 60 à 82 cm tandis que leur épaisseur se situe entre 80 à 180 mm ;
  • fabriqués avec différents types d’isolants: de nombreux types d’isolants interviennent dans la conception des caissons chevronnés. On peut trouver du liège, du lin, de la laine de roche, de la mousse de polyuréthane, du polystyrène expansé … Quel que soit l’isolant choisi, il faut bien noter que la couche isolante est emprisonnée entre deux chevrons raidisseurs. Le chevron supérieur servira de support à la couverture du tout tandis que le chevron inférieur sera fixé sur un support rigide présentant une sous-face décorative.

L’isolation par l’extérieur nécessite un budget plus important que l’isolation par l’intérieur. Elle engendre également plus de travaux et ne doit être planifiée qu’en cas de rénovation du revêtement extérieur. Dans les deux cas, isoler le toit est fortement conseillé afin de réduire sa facture d’énergie.

Puisque ces travaux interviennent dans le cadre de travaux d’amélioration de la performance énergétique de l’habitation, il est possible de bénéficier de diverses aides et subventions. Renseignez-vous auprès de votre mairie ou de la préfecture pour les démarches à suivre.

Blog Maison & Travaux

Une réflexion au sujet de « Isolation toiture : les techniques qui marchent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *