Spa chez soi : à savoir avant de commencer les travaux

Avoir un spa chez soi est le rêve de chacun, mais avant de foncer tête baissée dans les travaux, voici quelques points à retenir. Ils vous aideront à bien choisir le modèle ainsi que les différents éléments nécessaires pour son bon fonctionnement.

Trois grandes catégories de spa

On distingue effectivement trois grandes catégories de spa sur le marché à savoir :

  • Le spa thérapeutique :

Ce modèle est utilisé principalement pour bénéficier de différentes séances de thérapie par l’eau (hydrothérapie). Le système d’hydrothérapie a été pensé pour procurer des massages revigorants au niveau de différentes parties du corps. Globalement, il soigne aussi bien les douleurs musculaires qu’articulaires. Il est pourvu de sièges ergonomiques pour le bien-être de ses utilisateurs. Il ne faut pas y voir un équipement purement médical, puisqu’au-delà des massages et des jets, il reste un bassin de relaxation performant.

  • Le spa convivial :

C’est un modèle basique, mais d’une capacité plus importante. Il peut, effectivement, accueillir plusieurs personnes et il est possible de régler la hauteur de l’eau pour les enfants. A part cela, il ne propose que quelques options tout aussi basiques.

  • Le spa ludique :

Ce modèle associe les fonctionnalités des deux précédents : le spa thérapeutique et le spa convivial. Autrement dit, il peut être aussi vaste qu’on le souhaite (la taille des bassins pouvant accueillir de 2 à 10 personnes) et est équipé de nombreux jets ainsi que d’autres fonctionnalités plus avancées. Sur les modèles les plus récents, on peut avoir un système audio, un système d’aromathérapie, un système de chromothérapie …

A lire – Conseils pour aménager un spa extérieur

Les fonctionnalités du système d’hydromassage

Les fonctionnalités du système d’hydromassage

On ne peut qualifier un bassin de spa sans système d’hydromassage puisque c’est sa raison d’être et c’est ce qui fait la différence entre le spa et le bassin de balnéothérapie.

Le système d’hydromassage se compose de jets dont le nombre peut varier d’un modèle à l’autre. Leur position au niveau des parois du bassin peut changer selon les zones que l’on souhaite traiter. Certains jets visent les lombaires, d’autres la nuque … assurez-vous que leur emplacement réponde bien à vos besoins. Avant d’acheter, tenez également compte des différentes fonctionnalités des jets ainsi que de leur vitesse.

D’une vue globale, plus le nombre de jets est élevé, plus le prix du produit grimpe. Si vous souhaitez acheter un modèle qui en comprend plusieurs, vérifiez la qualité et la capacité du système de pompage. Ce dernier doit être assez performant pour alimenter tous les jets.

Lire aussi – Construire son sauna : comment faire ?

Une bonne isolation pour un bassin peu énergivore

Contrairement à la piscine, le spa a besoin d’électricité pour fonctionner. Il peut donc être très énergivore et faire gonfler votre facture. Pour éviter cela, il lui faut un système d’isolation performante. Dans le commerce, on vous indiquera deux principaux types d’isolation :

  • Le système Full Foam : cela consiste à injecter de la mousse polyuréthane entre la coque du bassin et sa jupe.
  • Le système Thermo Guard : l’isolation se compose de trois couches à savoir la fibre de verre, la mousse polyuréthance et la feuille d’aluminium.

Dans les deux cas, la jupe ou habillage extérieur du bassin, joue un rôle primordial. Elle ne se contente pas d’embellir le spa, mais travaille à bien conserver la chaleur entre elle et la coque. Les matériaux de conception utilisés ont été choisis pour remplir cette mission. Les plus courants sont le bois et le composite.

Le bois est connu pour sa qualité isolante et son élégance. Même si certaines essences supportent l’humidité, il reste déconseillé dans les zones les plus humides. Le composite, quant à lui, a tendance à se décolorer et à se déformer avec le temps, mais il reste robuste et ne craint pas l’humidité.

Différents systèmes de filtration possible

Différents systèmes de filtration possible

Tous les spas disposent d’un système de filtration et faire le bon choix garantit le fonctionnement et la durée de vie du bassin. En ce qui concerne le type de filtre à utiliser, on distingue :

  • Le filtre à cartouche : c’est un système simple composé de cartouches pour purifier et assainir l’eau. Il faudra seulement nettoyer les cartouches une fois par mois pour qu’elles restent efficaces.
  • Le filtre à sable : au lieu de cartouches, on utilise du sable pour retenir les impuretés de l’eau. Celle-ci passera donc au niveau du filtre avant d’atterrir, pure et propre, dans le bassin. C’est le même système qu’on utilise pour les piscines.
  • Le filtre à diatomite : la diatomite est une poudre absorbante efficace pour nettoyer l’eau. En général, on l’utilise pour purifier l’eau que l’on vient d’utiliser pour le spa, autrement dit, de l’eau déjà utilisée. Avec ce système, seule l’eau passera à travers le circuit de filtration tandis que les saletés et impuretés seront retenues ailleurs. A sa sortie du circuit, elle sera de nouveau utilisable pour les prochains bains à remous.

Pour ce qui est du mode de filtration, on distingue :

  • La filtration en continu : cela signifie tout simplement que le système de filtration tourne en permanence pour nettoyer l’eau et ce, que vous soyez ou non, dans le bassin. L’avantage c’est qu’on n’aura pas besoin d’utiliser beaucoup de produits d’entretien.
  • La filtration avant remplissage : on le conseille surtout pour les spas gonflables. Avec cette méthode, le filtre est installé avant le tuyau sui va permettre de remplir le bassin. L’eau est ainsi nettoyée avant d’atterrir dans le bain.
  • La filtration sous pression : la pompe aspire l’eau puis l’envoie dans le filtre. L’eau est nettoyée correctement, mais la pompe déploie plus d’efforts ce qui le fatigue assez vite. Il faudra le vérifier régulièrement et le remplacer si besoin est.
  • La filtration déportée : pour cette méthode, l’eau est extirpée du bain pour être purifiée dans un local technique. Cela implique l’aménagement de ce local ainsi que des travaux de plomberie plus ou moins complexes. Ce système est conseillé pour les spas à débordement et encastrés.

Un entretien régulier

En tant que lieu de bain, le spa peut être un vrai nid à bactéries surtout s’il accueille plusieurs personnes. Pour le maintenir au propre, il est alors conseillé de l’entretenir régulièrement avec des produits adaptés.

Une fois par semaine, voire tous les jours avant usage, nettoyez-le avec un désinfectant comme du brome, de l’oxygène actif, de l’ozone ou encore, le très classique chlore. Dans certains cas, il se peut que vous ayez besoin de produits anti-mousse ou anti-calcaire.

Tous les jours, pensez à vérifier le pH, l’alcalinité et la dureté de l’eau pour qu’elle n’irrite ni les yeux ni la peau.

Tous les trois mois, une vidange doit être faite pour nettoyer la tuyauterie des différents systèmes.

Contrairement à la piscine, le spa peut être utilisé à longueur d’année, mais assurez-vous seulement de l’entretenir comme il faut et de prévoir une vidange une fois par trimestre.

De 400 à plus de 10 000 euros

C’est un critère essentiel à retenir avant de s’offrir un spa. Les écarts de prix sont parfois énormes, puisque les offres disponibles sont très variées. Entre un modèle gonflable que l’on peut installer soi-même et un spa de nage nécessitant l’intervention d’un professionnel, il y a une grosse différence que ce soit en qualité (finition, matériau …), en options diverses (chromothérapie, écran plat, système audio …) ou en taille.

Le matériau de conception influe également sur les prix. Si vous optez pour du bois ou du béton la facture grimpera rapidement. Et si en plus, son installation nécessite des travaux de terrassement, d’encastrement, d’aplanissement … il faudra prévoir un budget encore plus important.

Blog Maison & Travaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *